NL EN FR DE PL
 

Les suites des IVG

Il est normal de subir les désagréments suivants pendant les premiers jours ou les premières semaines qui suivent une IVG médicamenteuse, chirurgicale ou instrumentale.

Si vous souffrez d’un ou de plusieurs effets secondaires énumérés ci-dessous, il faut toujours nous en informer ou consulter votre médecin traitant.

Saignements et douleurs

Pendant les jours qui suivent l’intervention, vous pouvez souffrir de maux de dos, de contractions et de saignements, comparables à des menstruations normales. Souvent, les saignements les plus importants n’apparaissent que 4 à 7 jours après l’intervention et peuvent durer plus longtemps que lors des menstruations.

Les saignements se terminent souvent par un écoulement brunâtre. Ils peuvent également être constitués de caillots.  Les saignements peuvent disparaître un certain temps, puis reprendre, cela varie d’une femme à l’autre.
Contre la douleur, vous pouvez prendre de l’ibuprofène, ou Aleve, éventuellement en association avec du paracétamol. Ne prenez pas d’aspirine. Lisez toujours attentivement les notices des antalgiques et respectez les quantités prescrites.

Désagréments hormonaux

Les symptômes de la grossesse disparaissent généralement en l’espace de quelques jours à deux semaines. Les hormones de la grossesse sont présentes dans votre organisme pour un certain temps encore, si bien que les tests de grossesse peuvent rester positifs jusqu’à trois ou quatre semaines après l’avortement.

Tension mammaire et/ou engorgement

Si vous étiez déjà enceinte depuis un certain nombre de semaines, vous pouvez avoir les seins tendus et douloureux quelque temps encore après l’intervention. Vous pouvez même souffrir d’un engorgement ou avoir des écoulements de lait. 

Porter un soutien-gorge serré (sans armatures) permet de réduire ces symptômes. Il ne faut surtout pas masser les seins. Les poches de glace peuvent aussi vous soulager. Vous pouvez éventuellement prendre un antalgique.

Reprise des menstruations

En général, les menstruations reprennent 4 à 6 semaines après l’intervention. Au début, elles peuvent être moins régulières qu’en temps normal. Sous pilule contraceptive, les règles reviennent généralement dès la fin de la première plaquette. Les premières règles sont souvent très différentes des menstruations habituelles. Elles sont soit beaucoup plus abondantes et plus longues, soit beaucoup moins importantes et plus courtes. Les premières règles ne prédisent en rien l’importance ni la durée des règles suivantes.

Quand peut-on reprendre les rapports sexuels après une IVG ?

Pour prévenir les infections, vous ne devez pas avoir de rapports sexuels vaginaux durant les deux semaines qui suivent l'intervention. Vous ne devez pas non plus utiliser de de tampons hygiéniques, prendre de bain, nager ou vous baigner durant ces deux semaines. La douche est cependant autorisée.

À partir de quel moment peut-on tomber enceinte après une IVG ?

Vous pouvez tomber enceinte immédiatement après avoir subi une IVG.

Après une IVG, quels sont les signes qui doivent inquiéter ?

Dans les jours qui suivent l’intervention, il est normal d’éprouver les désagréments suivants :

  • Des saignements et des contractions
  • Des douleurs dans le ventre ou dans le dos
  • Un peu de température
  • Une instabilité émotionnelle
  • Des nausées ou des diarrhées dues aux antibiotiques

Les éventuels symptômes de la grossesse disparaissent généralement en l’espace de quelques jours à deux semaines. Comme les hormones de la grossesse sont encore présentes dans votre organisme, les tests de grossesse peuvent rester positifs jusqu'à trois semaines après l’intervention.

Il est conseillé de faire un test de grossesse environ trois à quatre semaines après l’avortement. Si le test est toujours (légèrement) positif, si vous avez toujours l’impression d’être enceinte ou si vous avez d'autres symptômes, il faut nous en informer.

Le risque d'infection est faible ; cependant, si vous ne vous sentez pas bien, si vous avez de la fièvre (plus de 38,5°C) et des maux de ventre pendant plus d'une journée, il se peut qu’il y ait une infection. Il faut alors nous en informer au plus vite.

Faut-il prévoir une visite de contrôle après une IVG ?

Il est important d’effectuer un contrôle quatre semaines après l’avortement. La consultation de contrôle peut être réalisée par votre médecin traitant ou par la clinique Bloemenhove. Lorsque la clinique se charge du contrôle, la consultation est généralement effectuée à distance, par téléphone. Toutefois, la consultation de contrôle a lieu à la clinique lorsqu’un stérilet a été posé après l’IVG ou lorsque des complications se sont manifestées.

Lors de la consultation de contrôle, un médecin ou une infirmière s’entretiendra avec vous pour savoir si vous avez bien récupéré physiquement, si vous souffrez (toujours) d’effets secondaires et si votre moral est bon. Votre expérience de l’IVG sera également abordée, ainsi que les éventuelles difficultés que vous éprouvez à la surmonter. Le médecin ou l’infirmière s’intéressera aussi à votre contraception.

Lorsque le contrôle a lieu à la clinique, l’entretien est identique à celui d’une consultation téléphonique. S’y ajoutent un test de grossesse et une nouvelle échographie.

Quand peut-on reprendre le travail ou le sport après une IVG ?

En principe, vous pouvez retourner au travail ou en formation dès le lendemain. Vous pouvez également reprendre vos activités sportives. Selon votre condition physique, nous vous conseillons de vous ménager plus ou moins pendant la semaine qui suit l’intervention. En fait, c’est comme vous le sentez.

Quand les règles reprennent-elles après une IVG ?

En général, les règles reviennent 4 à 6 semaines après l’intervention. Au début, les menstruations peuvent être moins régulières qu’en temps normal. Sous pilule contraceptive, les saignements arrivent généralement dès la fin de la première plaquette.

J’allaite, quand pourrais-je reprendre l’allaitement après l’IVG ?

En général, les médicaments que nous vous administrons pendant et après une IVG ne présentent pas de danger en cas d’allaitement. Dans quelques situations exceptionnelles, nous devons cependant vous administrer un médicament qui peut comporter un risque. Il est alors préférable de ne pas allaiter pendant les heures qui suivent. Évidemment, nous en conviendrons avec vous auparavant. Par conséquent, si vous allaitez, il faut toujours en informer le médecin de la clinique, et ce dès votre premier entretien. Nous tiendrons ainsi compte des éventuels risques.